Cichlidés d’Amérique du Sud, moyennes et grandes espèces

dimanche 22 novembre 2009
par  Daniel LE BRIS
popularité : 100%

( avec l’aimable autorisation de Lionel ADAM )

Voici des indications sur quelques Cichlidés d’Amérique du sud , pour changer des Discus et Scalaires qu’on voit partout..

Classification par sous-familles. Dans chaque genre, il peut exister plusieurs espèces différentes et parmi chaque espèce des variétés.

Pour ce qui est des tailles minimum d’aquarium données pour maintenir ces poissons, il faut se rappeler que c’est surtout la surface au sol qui compte. Par conséquent, lorsqu’il est donné un litrage, il est donné aussi les dimensions du bac (longueur X largeur X hauteur). Ce qui est primordial ici, c’est la longueur et la largeur du bac, vous ne devez pas descendre en dessous.

Les seuls qui mangent beaucoup les plantes sont les Heros, les Uaru, les Heroina. Après, tous (sauf Mesonauta, Symphysodon et Pterophyllum) lorsqu’ils pondent, creusent des cuvettes (pondeur sur substrat). Ceux qui creusent le moins sont ceux qui gardent les jeunes dans la bouche et ceux qui les accrochent sur des supports verticaux (genres cités au dessus).

Cleithracara maronii

C’est un poisson qui atteint une taille de 10-12cm. C’est une espèce calme et timide qui peut devenir craintive si elle n’est pas correctement maintenue, il faut donc prévoir suffisamment de cachettes (racines, plantes, etc.) avant leur arrivée. Ils ne sont pas difficiles et acceptent toutes les nourritures usuelles (paillettes, granulés, artémias, vers de vase…), et aussi le concombre. Pour l’eau de leur aquarium, il faut qu’elle soit propre, oxygénée, douce à moyennement dure, avec une température de 27-28°C. La reproduction se fait sur un substrat découvert. Pour les maintenir, un groupe de 5-6 individus est préférable, et se plaira dans un bac de 250L (120x40x50) avec suffisamment de caches pour qu’ils se sentent en sécurité.

Le genre Bujurquina

Les espèces du genre Bujurquina sont des poissons de taille moyenne (autour de 10-12 cm). Ce sont des poissons calmes et très accommodants quant aux colocataires de leur bac. Ils ne sont pas difficiles et acceptent toutes les nourritures usuelles (paillettes, granulés, artémias, vers de vase…). Les Bujurquina sont très largement représentés en Amérique du sud et se rencontrent dans des eaux de qualités très diverses. Par conséquent, si la plupart des eaux du robinet peuvent leur convenir pour la maintenance et la reproduction de certaines espèces, d’autres espèces peuvent être plus exigeantes. La reproduction de ces poissons change vraiment de ce que l’on peut voir habituellement. Les parents déposent leurs œufs sur un substrat mobile (feuille, morceau d’écorce ou de bois…), afin de pouvoir les déplacer à volonté en cas de danger. Une fois les œufs éclos, les larves sont prises en bouche par les parents qui vont se les échanger régulièrement afin de pouvoir se nourrir. Pour un couple, un bac de 160L (120x40x40) leur permettra d’évoluer à leur aise.

Le genre Tahuantinsuyoa

L’espèce maintenue en aquariophile est Tahuantinsuyoa mercantzatza, l’autre espèce, T. chipi, est inconnue en aquariophilie. Taille adulte de 12 cm pour les mâles et 10 pour les femelles. Ils ne sont pas difficiles et acceptent toutes les nourritures usuelles (paillettes, granulés, artémias, vers de vase…). Pour l’eau de leur aquarium, il faut qu’elle soit propre, oxygénée, douce à moyennement dure. Ce sont des poissons faciles à reproduire dans une eau "normale". Dans leur milieu naturel ces poissons vivent dans des rivières à courant et au fond pierreux. La reproduction se fait de la même façon que les Bujurquina (ponte sur substrat mobile, puis prise en bouche des alevins par les deux parents alternativement). Pour un couple, un bac 160L (100x40x40) est un minimum.

Le genre Krobia

La taille varie selon les espèces d’une bonne douzaine de centimètres à presque 20, en moyenne 15 cm pour la plupart d’entre eux. Ils occupent la partie médiane et le fond de l’aquarium. Ils ne sont pas difficiles et acceptent toutes les nourritures usuelles (paillettes, granulés, artémias, vers de vase…). Ce sont des poissons peu regardants sur la qualité de l’eau et une bonne eau du robinet, une température de 25-26°C sont préférables pour la maintenance. Mais pour ce qui est de la reproduction, il vaut mieux une eau relativement douce (GH inférieur à 10). Celle-ci est facile à réaliser et a lieu sur un substrat découvert. Ils pondent souvent sur de petits bouts de racine laissés sur le sol ou une feuille morte qu’ils peuvent déplacer à leur guise. Maintenance en couple dans un bac de 300L (120x50x50) minimum, car le mâle peut être assez agressif avec la femelle. Le Cichlidé identifié sous Krobia sp. Xingu appartient vraisemblablement à un autre genre. C’est une espèce de bonne taille mais qui se révèle être plus calme et plus timide que les Krobia vrais.

Le genre Cichlasoma

Voici les rescapés du grand groupe des Cichlasoma révisé par Kullander. Ce sont des Cichlidés d’une taille ne dépassant pas les 20 cm. Ils s’avèrent des hôtes agréables pour l’aquarium de par leur comportement assez calme. Cichlasoma amazonarum se rencontre sur quasiment tout le bassin amazonien et est peu regardant sur les paramètres de l’eau (sans entrer dans les extrêmes). Dans un aquarium de 300L (150x40x50), le couple se reproduira sur un substrat ferme.

Le genre Aequidens

Le genre Aequidens regroupe des espèces de taille moyenne à grande (d’une douzaine à une bonne vingtaine de centimètres). Les plus connues sont l’Aequidens pulcher et l’Aequidens rivulatus. Mais ils représentent les membres de deux groupes différents des vrais Aequidens :

le groupe pulcher (Colombie, Venezuela, Panama) avec pulcher, latifrons, sapayensis, biseriatus et coeruleopunctatus.

le groupe rivulatus (côte Pacifique) avec sp gold, sp white et rivulatus.

Le groupe rivulatus est composé de poisson très gros (20 cm et plus),

le groupe pulcher rassemble des espèces autour de 15 cm.

Parmi les vrais Aequidens, on trouve :

Aequidens chimantanus (Inger, 1956) Aequidens diadema (Heckel, 1840) Aequidens epae (Kullander, 1995) Aequidens gerciliae (Kullander, 1995) Aequidens mauesanus (Kullander, 1997) Aequidens metae (Eigenmann, 1922) Aequidens michaeli (Kullander, 1995) Aequidens pallidus (Heckel, 1840) Aequidens paloemeuensis (Kullander & Nijssen, 1989) Aequidens patricki (Kullander, 1984) Aequidens plagiozonatus (Kullander, 1984) Aequidens potaroensis (Eigenmann, 1912) Aequidens rondoni (Miranda Ribeiro, 1918) Aequidens tetramerus (Heckel, 1840) Aequidens tubicen (Kullander & Ferreira, 1991) Aequidens viridis (Heckel, 1840)

Ils ne sont pas difficiles et acceptent toutes les nourritures usuelles (paillettes, granulés, artémias, vers de vase…). Ce sont des poissons relativement calmes en dehors de la période de reproduction. Ils cohabitent bien avec des poissons qui ne peuvent pas être considérés comme de la nourriture. Ils évoluent plutôt dans la partie intermédiaire de l’aquarium. La végétation sera respectée, sauf durant la période de reproduction ou les couples se dégagent un site de ponte autour d’une pierre plate. Les petites espèces comme Aequidens pulcher se maintiennent en couple dans un bac de 250L (120x40x50) minimum. Pour les espèces plus imposantes (Aequidens rivulatus, Aequidens metae, Aequidens tetramerus…) un bac de 300L (150x40x50) est un minimum.

Le genre Acaronia

Les espèces du genre Acaronia sont des cichlidés piscivores atteignant les 20 cm. C’est un hôte calme et timide qui ne devrait pas être mis en présence de poissons trop virulents ou trop petits. La reproduction se déroule dans une eau douce et acide à une température autour de 30°C Ce sont des pondeurs sur substrat découvert et les parents prennent soin ensemble des jeunes. Pour un couple, l’aquarium devra avoir un volume d’au moins 375 L (150x50x50).

Le genre Heros

Le genre Heros regroupe des espèces de taille moyenne, atteignant les 20 cm. Ils ne sont pas difficiles et acceptent toutes les nourritures usuelles (paillettes, granulés, artémias, vers de vase…), sans oublier une part végétale indispensable. Ce sont des poissons calmes qui aiment à vivre en groupe de 5-6 individus, on peut les faire cohabiter sans problème avec des espèces plus petites et timides. Ils occupent la zone intermédiaire du bac, leur association avec un groupe de Geophagus dans des bacs de grandes tailles est du plus bel effet. Assez proche des discus et des scalaires, les Heros se reproduisent aussi sur un substrat vertical, dans une eau douce et acide. En dehors de la reproduction, les Heros s’accommodent bien d’une eau « normale ». Pour un groupe de 5/6 individus, le bac devra avoir une taille d’au moins 600L (200x50x60).

Heroina isonycterina

C’est un Cichlidé peu commun qui atteint les 20 cm en aquarium. Il semble être un hôte relativement calme, à maintenir en couple. Ils ne sont pas difficiles et acceptent toutes les nourritures usuelles (paillettes, granulés, artémias, vers de vase…), sans oublier une part végétale indispensable. La reproduction a lieu sur un substrat incliné ou vertical. Un bac de 300L (150x40x50), convient pour un couple reproducteur.

Le genre Australoheros

Dans ce genre récent, on retrouve l’ancien Cichlasoma facetum. Le C. facetum atteint les 30 cm. Il est difficile de reconnaître les sexes, les grandes nageoires du mâle ne sont pas un signe distinctif sûr. Il s’agit de poissons du sud de l’Amérique du sud. Ils vivent sous un climat tempéré et on besoin d’une période de repos dans une eau plus fraîche (15-16°C) durant 2-3 mois. Par conséquent on peut les mettre en bassin durant certaines époques de l’année, ils sont à maintenir dans une eau à température ambiante. Carnivore et omnivore : proies vivantes (larves de moustiques, artémias, ...), ils acceptent aussi les aliments en flocons et en comprimés. Territorial, par couple, insociable avec les autres poissons et très agressif en période de frai. C’est un pondeur sur substrat découvert, qui s’adapte bien à une eau du robinet de bonne qualité. Pour un couple, un bac de 600L est un minimum.

Le genre Mesonauta

Les espèces du genre Mesonauta sont des Cichlidés d’une quinzaine de centimètres, au comportement proche des scalaires. Ils évoluent dans la partie supérieure du bac en groupe de 5-6 individus minimum. Ce sont des poissons paisibles qui savent néanmoins se faire respecter. La reproduction se déroule un peu à la manière des scalaires, sur une feuille large ou sur un autre substrat vertical, dans une eau douce et acide à une température autour de 27-28°C. Pour un groupe de 5 individus, le bac devra avoir une taille d’au moins 450L (150x50x60).

Le genre Uaru

Ce sont des poissons de grande taille qui atteignent et dépassent les 30 cm dans de bonnes conditions. De part son comportement, ses besoins au niveau de la qualité de l’eau et de sa reproduction, ce genre est très proche du discus. Dans son alimentation, il faudra lui apporter une grande part de végétaux (salade, épinard, endive…), un complément carné ne lui faisant pas de mal (vers de vase, tubifex, artémias…). Pour la reproduction, la qualité de l’eau est essentielle. Elle sera identique à celle utilisée pour la reproduction du discus (très douce et entre 28-30°C). Après l’éclosion des œufs, les jeunes se nourrissent du mucus sécrété par leurs parents. Les Uaru sont à maintenir en groupe (5-6 individus) dans un grand bac d’au moins 600L (200x60x50), aménagé avec beaucoup de racines de façon à former des entrelacs.

Le genre Hypselecara

Les Hypselecara dépassent rarement les 20 cm dans leur milieu naturel, mais en aquarium ils peuvent atteindre les 30 cm. Ils se rencontrent sur tout le trajet de l’Amazone et dans les marais côtiers autour de son embouchure jusqu’en Amapa. C’est un poisson calme et timide qui aime vivre dans une ambiance tamisée (plantes flottantes), c’est un prédateur qu’il vaut mieux éviter de faire cohabiter avec des poissons trop petits. H. temporalis est assez tolérant quant à la qualité de l’eau. Sa reproduction peut se dérouler dans une eau relativement minéralisée, du moment que l’on reste dans des températures supérieures à 25°C. H. coryphenoides provient de l’Orénoque et demande une eau plus douce. A la manière des scalaires, discus, Mesonauta, Heros,… ce sont des pondeurs sur substrats verticaux. Pour un couple, un bac de 450 L est un minimum (150x50x60).

Hoplarchus psittacus

Les Hoplarchus dépassent les 40 cm. Ce sont des prédateurs calmes et timides qu’il ne faut cependant pas mettre en présence de poissons trop petits. La maintenance se fera plutôt en groupe, afin de répartir l’agressivité entre les individus. Une bonne alimentation sera constituée de chair de poissons et de fruits de mer. Les maintenir dans une eau douce et acide à une température entre 27 et 30°C. Pour un couple, un bac de 720L (200x60x60) est un minimum, pour un groupe, les aquariums de plus de 1000L sont préférables.

Le genre Caquetaia

Un prédateur qui atteint les 30 cm. Sa mâchoire se déploie à la façon des Petenia d’Amérique centrale afin d’aspirer ses proies. Ce poisson s’accommode d’une eau normale. Il est calme, relativement statique. Une bonne alimentation sera constituée de chair de poisson et de fruits de mer. La reproduction se fait sur un substrat découvert. La maintenance en couple est possible dans un bac de 600L (200x50x60).

Le genre "Heros"

Ce groupe rassemble les espèces : festae, ornatum, gephyrum (hybride naturel possible entre atromaculatum et ornatum), atromaculatum et sp aff. atromaculatum. Vu que ce sont des Heroinae et non des Cichlasominae il est préférable de les appeler "Heros" (en attendant une classification ultérieure)... mais pour le moment, la plupart les appelle "Cichlasoma". Le plus connu et le plus commun est le festae. C’est un prédateur qui dépasse les 30 cm. Il est agressif et la maintenance d’un couple n’est pas facile. Ils ne sont pas exigeants sur les conditions physico-chimiques de l’eau et la reproduction arrive rapidement si l’on arrive à maintenir un couple stable. Il faut prévoir un bac d’au moins 600L (200x50x60) pour un couple, aménagé avec de nombreuses cachettes où la femelle pourra s’isoler du mâle en cas de problème. Prévoir un bac d’au moins 1000L si on veut les associer avec d’autres grands Cichlidés.

Le genre Guianacara

Le genre Guianacara regroupe des espèces de taille moyenne, les mâles atteignent 15 cm et les femelles 12-13 cm. Ils vivent près du substrat qu’ils se plaisent à fouiller. Par conséquent, une plage de sable fin (type sable de Loire) est de rigueur dans l’agencement de leur bac. Ils ne sont pas difficiles et acceptent toutes les nourritures usuelles (paillettes, granulés, artémias, vers de vase…). C’est un poisson calme en dehors des périodes de reproduction. Celle-ci s’effectue sur un substrat caché dans une eau douce et acide à une température d’environ 27°C. Durant la période de reproduction le mâle a tendance à creuser, ce qui risque de faire remonter quelques plantes en surface. Pour un couple, un bac de 250L (120x40x50) est un minimum. Cependant la maintenance en groupe est préférable dans des bac d’au moins 150 cm de façade.

Le genre Biotodoma

Les Biotodoma sont des cichlidés de taille moyenne, les mâles ne dépassent pas les 15 cm et les femelles tournent autour de 11-12 cm. Dans l’aquarium, ils occupent surtout la partie inférieure et intermédiaire. Ils ne sont pas difficiles et acceptent toutes les nourritures usuelles (paillettes, granulés, artémias, vers de vase…). La reproduction a lieu sur un substrat découvert dans une eau douce et acide, à une température d’environ 28°C. Ce sont des poissons calmes et timides qu’il vaut mieux ne pas faire cohabiter avec des espèces trop territoriales. La maintenance en couple est possible, mais il vaut mieux commencer avec un groupe de 6 individus dans un bac d’au moins 300L (120x50x50).

Acarichthys heckelii

L’Acarichthys heckelii est un poisson majestueux d’une vingtaine de centimètres. Assez fade à l’état juvénile (et donc dans les bacs de vente), mais les mâles adultes arborent de magnifiques filaments rouges sur les nageoires, tout comme les femelles âgées. Ceci, n’est donc pas un critère vraiment fiable pour déterminer les sexes. C’est un poisson calme avec les autres habitants du bac. Ce poisson occupe plutôt la zone basse et intermédiaire de l’aquarium. Il passe une bonne partie de son temps près du substrat à chercher sa nourriture (des larves d’insectes, les vers et autres macro-invertébrés), il lui faut donc une grande plage de sable fin (type sable de Loire) à sa disposition. La reproduction n’est pas aisée, elle se pratique dans une eau douce et acide à une température autour de 27-28°C. Les poissons devront disposer d’une grotte afin de pouvoir y déposer leurs œufs. Sa maintenance se fait plutôt en harem (1 mâle pour 4-5 femelles) dans un bac spécifique d’au moins 450L (150x50x60).

Le genre Geophagus

Le genre Geophagus contient un grand nombre d’espèces et de variétés aussi diversifiées par la taille (d’une dizaine à une trentaine de centimètres), que par la couleur ou par le mode de reproduction (pondeur sur substrat, incubateur buccal larvophile, ovophile…). Parmi les Geophagus, on a les faux Geophagus :

groupe à bosse rouge avec Geophagus crassilabris, pellegrini, steindachneri et sp . aff steindachneri Venezuela, qui sont des incubateur buccaux ovophiles de type maternelle et en général polygames.

groupe brasiliensis avec Geophagus brasiliensis, obscurus, itaporagensis, sp . bahia red et itapicuruensis, qui sont des pondeurs sur substrat découvert, plutôt monogames.

Dans le groupe des Geophagus vrais, on trouve :

G. altifrons, abalios, megasema, surinamensis, brachybranchus, proximus, camopiensis, taeniopareius, brokopondo, winemilleri, dicrozoster, parnaibae, grammepareius, harreri, argyrostictus. Ainsi qu’un certain nombre d’espèces encore non décrites.

Geophagus signifie mangeur de terre, ce qui en dit long sur leur comportement. Ces poissons passent le plus clair de leur temps près du sol, à filtrer le substrat pour se nourrir des invertébrés qui y vivent. Par conséquent, leur bac sera agencé avec une plage de sable fin (type sable de Loire). Ces Cichlidés sont généralement calmes et aiment à vivre en harem ou en banc, leur maintenance en groupe de 5-6 individus est un minimum. Pour les plus petites espèces (Geophagus steindachneri…) un bac de 250L (120x40x50) est un minimum pour un mâle et son harem (2-3 femelles). Pour les plus grandes espèces (Geophagus brasiliensis, Geophagus gr. surinamensis…) il vaut mieux prévoir un bac de 600L (200x50x60).

Le genre Gymnogeophagus

Les Gymnogeophagus atteignent de 12-15 cm à plus de 20 cm. Il s’agit de poissons du sud de l’Amérique du sud. Ils vivent sous un climat tempéré et ont besoin d’une période de repos dans une eau plus fraîche (15-16°C) durant 2-3 mois. Par conséquent on peut les mettre en bassin durant certaines époques de l’année, ils sont à maintenir dans une eau à température ambiante. Ces poissons occupent plutôt la zone basse et intermédiaire de l’aquarium. Ils passent une bonne partie de leur temps près du substrat à chercher leur nourriture (des larves d’insectes, les vers et autres macro-invertébrés), il leur faut donc une grande plage de sable fin (type sable de Loire) à leur disposition. Ce genre regroupe des pondeurs sur substrat découvert et des incubateurs buccaux. Pour un couple un bac de 120 cm de façade est un minimum.

Le genre Satanoperca

Le genre Satanoperca regroupe des espèces de grande taille (de 15-20 jusqu’à une trentaine de centimètres). Tout comme les Geophagus et les Guianacara, les Satanoperca vivent près du substrat dans lequel ils fouillent pour chercher leur nourriture (divers invertébrés), l’aquarium sera donc agencé avec une grande plage de sable fin (type sable de Loire). Ce sont majoritairement des incubateurs buccaux qui se reproduisent dans une eau douce et acide à une température de 27-28°C. Certaines espèces sont larvophiles (incubent après éclosion), d’autres ovophiles (incubent avant l’éclosion). Ce sont des poissons calmes qui apprécient la vie en groupe de 5-6 individus, ce qui implique des volumes conséquents pour leur maintenance. Pour les espèces les plus raisonnables (Satanoperca gr. jurupari et S. acuticeps dans une moindre mesure), un bac de 600L (200x50x60) convient pour un groupe. Pour les espèces les plus imposantes (Satanoperca daemon, S. leucosticta…) un bac de 750L (250x60x50) avec une grande surface au sol est un minimum pour 5-6 individus.

Le genre Crenicichla

Ce sont des Cichlidés de forme allongée, un peu à la manière des brochets de nos eaux. Ce sont des prédateurs efficaces dont la taille va de 6-7 cm à plus de 50. Pour l’aquarium planté, les espèces les plus intéressantes sont les plus petites (autour de 10 cm). On retiendra pour les plus commun :

Crenicichla compressiceps (vivant en eau légèrement minéralisée) Crenicichla regani Crenicichla notophtalmus Crenicichla wallacii

La maintenance se fait de préférence en couple. Dans des bacs trop petits (inférieurs à 450L) la cohabitation intra-spécifique est très difficile (surtout chez les C. compressiceps). Ils occupent principalement la partie basse du bac. Sauf pour le C. compressiceps, la reproduction se fait en eau douce et acide sur un substrat caché (grotte), les parents s’occupent des jeunes jusqu’à un stade avancé du développement. Un bac de 200L (100x40x50) est un minimum pour un couple stable. Cependant, si la place vous le permet et que le cœur vous en dit, le genre Crenicichla est composé d’un grand nombre d’espèces de toutes tailles, patrons de coloration et agressivité (Crenicichla proteus, C. lepidota, C. albopunctata, C. saxatilis, C. menesezi…). Quelques espèces atteignent et dépassent les 30-40 cm. Il s’agit surtout des espèces du groupe C. lugubris :

Crenicichla sp xingu 1 (ou sp orange) Crenicichla johanna Crenicichla marmorata Crenicichla lenticulata

et bien d’autres…

A noter que le Crenicichla sp. xingu 1 est sûrement le plus commun dans les magasins, il est présenté sous sa forme juvénile où il est orange. Il est préférable de les maintenir seuls ou en couple dans des bacs de plus de 1000L, du fait de relations intra-spécifiques très mauvaises. Les relations interspécifiques sont bonnes chez la plupart des espèces, et la maintenance avec des poissons suffisamment gros est réalisable.

Le genre Cichla

Les espèces du genre Cichla sont des grands prédateurs solitaires du bassin amazonien. Leur taille dépasse les 70 cm (voir 1 m) et leur poids est de plusieurs kilos, c’est l’un des plus grands Cichlidés au monde (voir le plus grand). Ce poisson avalera tout ce qui pourra passer dans sa gueule. Cependant, il n’est pas agressif avec ses colocataires. Les relations intra-spécifiques sont bonnes et on peut le maintenir en groupe ou seul. Une bonne alimentation sera constituée de chair de poissons et de fruits de mer. Pour la maintenance, un bac de 3 mètres de long et d’au moins 1 mètre de large ne sera pas de trop une fois adulte.

Le genre Astronotus

Un Cichlidé qu’on ne présente plus. A son sujet, on entend beaucoup de choses qui font de lui un poisson au comportement virulent, mais cela est surtout le fruit de problèmes dans sa maintenance en aquarium. La reproduction se fait en eau douce et acide, à une température de 27-28°C. Les Astronotus dépassent les 30 cm, ce sont des poissons grégaires que l’on doit maintenir en groupe de 5-6 individus. Par conséquent, un bac de 720L (200x60x60) est un minimum pour un groupe de 5 poissons, mais un bac d’au moins 1000L reste préférable pour éviter les problèmes lors des reproductions.

Le genre Chaetobranchus

J’ai trouvé peu d’informations sur ce poisson qui atteint les 30 cm. Dans la nature ils se nourrissent de très fines particules. En aquarium, il faudra veiller à les nourrir souvent et régulièrement avec de la nourriture broyée (fruits de mer, poissons…), mais certains exemplaire peuvent accepter une nourriture plus consistante. Je n’ai trouvé aucun compte-rendu de reproduction. Ils sont à maintenir en groupe de façon à limiter l’agressivité intra-spécifique dans des bacs d’au moins 600L (200x60x50).

Le genre Chaetobranchopsis

Les espèces de ce genre atteignent les 12 cm. Plus petit et plus planctonophage que son cousin Chaetobranchus, ce qui rend sa maintenance difficile. Ce sont des poissons pacifiques, aussi bien en intra qu’en interspécifique. Pour un couple, un bac de 200L (100x40x50) est un minimum.

Le genre Retroculus

C’est un genre très peu connu, comportant des poissons qui dépassent les 25 cm. De part leur forme et leur alimentation, ils sont assez proches des Satanoperca. Ils vivent dans les rapides et se déplacent sur le substrat plus qu’ils ne nagent, un peu à la façon des gobies. Par conséquent, leur bac devra avoir une bonne couche de sable fin (sable de Loire), une filtration efficace et un bon brassage assurant une bonne oxygénation de l’eau. L’eau de leur bac devra être douce et acide, avec une température autour de 27-30°C. Pour la reproduction, les parents font un nid de galets dans lequel ils ensablent leurs oeufs. L’aquarium devra avoir une taille minimum de 600L (200x50x60), pour un groupe de 4-5 adultes.


Commentaires

Logo de Marie75
vendredi 26 juin 2015 à 15h05 - par  Marie75

Oui merci pour ces informations cela est vraiment très intéressant !

Logo de Natties
vendredi 5 décembre 2014 à 09h18 - par  Natties

Il serait difficile d’en dire davantage tellement le thème a été traité profondément.

mutuelle santé 35.

mutuelle nationale militaire

Aussi votre visa 457 assurance santé faites complémentaire santé gmc.assurance santé obligatoire sont comparateur mutuelle santé guadeloupe mutuelle étions mutuelle ociane ?
Logo de Natties
jeudi 4 décembre 2014 à 14h23 - par  Natties

J’apprécie la façon dont vous abordez ce sujet. Bravo !

complémentaire santé helium .

mutuelle 100

Dans cette mutuelle droite mutuelle obligatoire hcr.Alors cette comparateur mutuelle santé famille mutuelle 20 ans parce mutuelle santé 2010 ça assurance santé chien.

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Météo

Morlaix, 29, France

Conditions météo à 22h00
par weather.com®

Averses

7°C


Averses
  • Vent : 24 km/h - nord
  • Pression : 992 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 23 novembre
par weather.com®

Inconnu

Max 7°C
Min 6°C


Inconnu
  • Vent : N/D km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 24 novembre
par weather.com®

Orage épars

Max 10°C
Min 4°C


Orage épars
  • Vent : 14 km/h
  • Risque de precip. : 40%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 25 novembre
par weather.com®

Averses

Max 8°C
Min 4°C


Averses
  • Vent : 20 km/h
  • Risque de precip. : 50%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 26 novembre
par weather.com®

Très nuageux

Max 10°C
Min 6°C


Très nuageux
  • Vent : 12 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 27 novembre
par weather.com®

Averses

Max 11°C
Min 7°C


Averses
  • Vent : 25 km/h
  • Risque de precip. : 70%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 28 novembre
par weather.com®

Averses

Max 10°C
Min 5°C


Averses
  • Vent : 22 km/h
  • Risque de precip. : 60%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 29 novembre
par weather.com®

Averses

Max 8°C
Min 4°C


Averses
  • Vent : 24 km/h
  • Risque de precip. : 50%
<< Prévisions